Atelier sur la contribution des communautés à la gestion des établissements pénitentiaires

Les 21, 22 et 23 mars 2016 a eu lieu dans la Salle de Conférence de l’Excellence Hôtel à Koudougou, l’atelier de réflexion sur la contribution des communautés dans la gestion des établissements pénitentiaires au Burkina Faso. Organisé par le Ministère de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion civique, cet atelier visait à accroître le niveau d’implication des communautés (les collectivités territoriales, les circonscriptions administratives, les autorités coutumières et religieuses, les organisations de la société civile, les médias et les populations) dans la gestion des établissements pénitentiaires.

 

Dans son mot le Secrétaire Général de la Région Sibiri de Issa Ouédraogo représentant madame le Gouverneur, a souhaité la bienvenue aux participants.

Dans son allocution, la représentante madame Suzanne Luther de la Fondation Hanns Seidel a affirmé que « seule la qualité des hommes et des femmes constitue la principale richesse d’un pays ». Elle a ajouté que sa fondation est présente au Burkina depuis 1991 et dans 60 autres pays à travers le monde.

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire Général du Ministère de la Justice Paulin Bambara, représentant monsieur le Ministre Garde des sceaux, a insisté pour dire que la gestion de nos prisons est l’affaire tous.

Le premier jour, les participants ont été entretenus sur les communications suivantes :

  • L’état des lieux des prisons au Burkina Faso (par Abdoul Aziz Gaméné)
  • La réinsertion sociale des détenus : état des lieux et perspectives (Inspecteur Compaoré)
  • Le rôle et la place des communautés dans le fonctionnement des établissements pénitentiaires au Burkina Faso (par le Père Alfred Sankara)
  • La coopération pénitentiaire au Burkina Faso (par Mahamadi Oubda et Adama Sawadogo)

Les deux autres jours ont été consacrés aux travaux de groupes qui consistait à identifier les causes de la faible implication des communautés dans la gestion des établissements pénitentiaires et proposez des solutions pour une meilleure implication dans la réinsertion sociale des détenus. La soixantaine de participants a été scindée en cinq (5) groupes pour ce faire :

  1. Groupe 1 : collectivités territoriales et circonscriptions administratives
  2. Groupe 2 : les communautés coutumières et religieuses
  3. Groupe 3 : les populations
  4. Groupes 4 : les organisations de la société civile
  5. Groupe 5 : les partenaires techniques et financiers

La fin des travaux a été marquée par la lecture et l’amendement du rapport de synthèse suivi du mot de clôture du Secrétaire Général de la Région représentant le Secrétaire Général du Ministère de la Justice.

Jeannette BAYAMA/MAÏGA

Service Communication

Articles similaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :