L’OCADES Caritas à Zabré : Pour que le handicap ne soit plus un handicap

L’organisation catholique pour le développement et la Solidarité (OCADES Caritas Burkina) depuis des années au Burkina vient en aide aux personnes en situation de handicap à travers son programme de réhabilitation à Lire la suite »

Cathérine Sango, bénéficiaire de formation en activités génératrices de revenus de l’OCADES

A Bangou, village situé à une dizaine de kilomètres de Zabré, Cathérine Sango, handicapée moteur, sur un tricycle, est un exemple de femme battante et est admirée par sa communauté. Formée aux Lire la suite »

Tima Blandine et son mari Gondoroboué Jean-Baptiste, couple d’aveugles pour qui le handicap n’est pas une fatalité

A Tiébélé, village situé à environ 200 km de Ouagadougou, ce couple d’aveugles, Gondoroboué Jean-Baptiste et Tima Blandine, force l’admiration. Mariés malgré tout contre la volonté de la famille, ils sont expulsés Lire la suite »

Santé communautaire : L’ONG Catholic Relief Service offre des Scoreboards au ministère de la Santé

L’ONG Catholic Relief Services (CRS) et ses partenaires ont procédé, ce jeudi 7 juin 2018, à la remise officielle des scoreboards au système de santé nationale à Pilga, dans la commune rurale Lire la suite »

5 JUIN 2018-JOURNÉE NATIONALE DE PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT DE L’OCADES-

Combattons la pollution plastique! Disons non au plastique jetable! L’Organisation des Nations Unies, consciente que la protection de l’environnement est une question d’importance majeure qui affecte le bien-être des populations et le Lire la suite »

Programme RBC : les facilitateurs renforcent leurs capacités sur la réhabilitation à base communautaire

VV

Les 22 et 23 mai 2018, a eu lieu, dans la salle Anthyme BAYALA du Centre Unitas du Petit Séminaire Notre Dame d’Afrique, la formation des facilitateurs du programme de Réadaptation à Base Communautaire (RBC).

VVDans son allocution, le Secrétaire Exécutif Diocésain de l’OCADES Caritas Burkina à Koudougou, l’abbé Alain Michel GUISSOU a souhaité la bienvenue aux participants et souhaité leur participation active à cette session de renforcement des capacités. Les travaux ont débuté après la présentation des participants et l’amendement du programme.

La première communication a été animée par monsieur S. Léopold YAMEOGO, Directeur du Centre de Rééducation des Handicapés (CRH) YIK N KENE. Elle avait trait aux  généralités  sur le handicap. On retient que 15% de la population mondiale est handicapée. L’handicap désigne une infirmité congénitale ou acquise. Il a fait cas des différents niveaux et types de handicap. Comme facteurs de risques, on peut retenir les maladies, les médicaments, les accidents de la circulation, etc. Des échanges ont suivi sa présentation.

L’abbé Alain Michel GUISSOU a présenté les généralités sur la RBC. On retient que la RBC est une stratégie du développement communautaire visant la réhabilitation, l’égalisation des chances et l’intégration sociale, la réduction de la pauvreté  pour toutes les personnes vivant avec un handicap. Il a fait cas aussi de statistiques relatives aux personnes handicapées, du droit à la santé sans discrimination, du rôle de la RBC, des principes de la RBC, des rôles et responsabilités des principaux intervenants.

Dans l’après-midi, Monsieur Simplice ILLI est intervenu plus précisément sur l’historique  et la formation en kinésithérapie. Il a aussi présenté les généralités sur  l’Infirme Moteur Cérébral (IMC),  l’hémiplégie, la poliomyélite, les genoux valgum et varum et les pieds bots.

La Chargée de Projet, Madame Alice VALEA a dirigé en fin de soirée les travaux de groupes sur les outils d’inclusion du handicap.

Au cours de la deuxième journée, les participants ont visité l’école des sourds muets, le CRH, la psychiatrie et l’école des aveugles et malvoyants. Après les visites, les participants ont échangé sur ce qu’ils ont constaté sur le terrain et proposé des actions concrètes pour la mise en œuvre de la RBC dans leurs paroisses respectives.

Monsieur Rodrigue SOUGUE, pour sa part, a fait des présentations sur l’animation et la mobilisation de la communauté. Il a recommandé entre autres aux facilitateurs :

  • Le recueil d’information sur la communauté (us et coutumes, hiérarchisation, besoins sociaux, potentialités,…)
  • L’instauration de la confiance et la crédibilité (communication, transparence, redevabilité)
  • La sensibilisation de la communauté (à participer)
  • La création des opportunités à la participation (responsabiliser, former, organiser et accompagner)…

Pour finir, il a vivement été recommandé aux facilitateurs, de travailler avec et pour l’enfant/jeune handicapé, sa famille (tous ceux qui ont la charge de l’enfant/jeunes) et sa communauté (voisins, populations, pouvoir local).

W.M.Jeannette BAYAMA/MAÏGA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>