Le nouveau numéro de votre trimestriel d’information « Les Echos de l’OCADES » est disponible

Bonjour L’OCADES Caritas Burkina a le plaisir de partager avec vous le  nouveau numéro de son bulletin trimestriel d’information dénommé « Les Echos de l’OCADES » pour le mois de juin 2018. Vous y Lire la suite »

Journée de l’excellence scolaire dans la Kossi : L’Ocades Caritas a encore respecté la tradition

L’Ocades Caritas Nouna, comme à chaque fin d’année scolaire, a encore réuni les directeurs, les chefs de service et de circonscription, les encadreurs pédagogiques, les enseignants, les parents d’élèves, les élèves et Lire la suite »

Formation des membres des Équipes Paroissiales d’animation en communication et Techniques d’Animation de Groupe

Le mardi 26 juin 2018 a débuté la formation des membres des Équipes Paroissiales d’Animation (EPA) à Koudougou. Sont concernés la province ecclésiastique de Ouagadougou (Manga, Ouaga, Koudougou, Ouahigouya) et le diocèse Lire la suite »

114 000 000 de francs CFA injectés dans le Programme de Parrainage de l’OCADES Fada-mars 2017 à mars 2018

 « Créer un future d’espérance pour les enfants, leurs familles et leurs communautés en les aidant à développer leurs capacités à générer les ressources qui leurs permettront de lutter plus efficacement contre la Lire la suite »

Projet de Réhabilitation à Base Communautaire (RBC) des personnes handicapées de l’OCADES

  L’organisation catholique pour le développement et la Solidarité (OCADES) depuis des années au Burkina vient en aide aux personnes en situation de handicap à travers son programme de réhabilitation à base Lire la suite »

Pape François: les pauvres, «passeports du paradis»

Le Pape François reçoit un panier de pains lors de la messe pour la première journée mondiale des pauvres à Rome le 19 novembre 2017. - AP

L’indignation sans action ne suffit pas, il s’agit de faire le bien pour les pauvres. C’est le message du Pape François lors de la messe célébrée pour la première journée mondiale des pauvres en la Basilique Saint-Pierre ce dimanche 19 novembre 2017. Devant des milliers de fidèles dont 4000 hommes et femmes défavorisés, le Saint-Père qui a instauré cette rencontre en novembre 2016, à la fin du Jubilé de la miséricorde, a appelé à partager le pain avec les pauvres et à rejeter l’omission de faire le bien envers eux, c’est-à-dire l’indifférence, alors que ce sont eux «nos passeports pour le paradis».

Le Pape François reçoit un panier de pains lors de la messe pour la première journée mondiale des pauvres à Rome le 19 novembre 2017. - AP

Dans l’Évangile du jour qui relate la parabole des talents, raconte d’abord le Pape François, deux serviteurs sont félicités par leur maître pour avoir réussi à faire fructifier leur argent, mais le troisième, par peur, a enterré son unique pièce et se fait traiter de «mauvais et paresseux». «Qu’est-ce qui n’a pas plu au Seigneur ?» dans son comportement, interroge le Saint-Père. «En un mot, peut-être tombé un peu en désuétude mais très actuel», l’omission. C’est-à-dire que «son mal a été de ne pas faire le bien». Se contenter de ne rien faire de mal ne suffit pas, insiste le Pape, il ne suffit pas de se limiter «à respecter les règles, à s’acquitter des commandements, comme des salariés». Car, «Dieu n’est pas un contrôleur à la recherche de billets non compostés», poursuit François, «il est un Père à la recherche d’enfants à qui confier ses biens et ses projets», pour les faire fructifier, des enfants qui prennent des risques et omettent seulement une chose : ce qui est utile à lui. «Voilà l’unique omission juste» dit le Pape.

Le péché d’indifférence

L’omission d’agir pour l’autre s’applique aussi au rapport aux pauvres et prend alors «un nom précis : indifférence». L’indignation sans action ne suffit pas, il s’agit de faire le bien, lance le Saint-Père qu’on appelle le Pape des pauvres et des périphéries. Faire le bien pour «l’affamé et le malade, l’étranger et le prisonnier, le pauvre et l’abandonné, celui qui souffre sans aide et celui qui est dans le besoin et exclu», c’est «vaincre l’indifférence» et ouvrir «la porte de notre cœur» à Jésus qui se manifeste dans les pauvres. «Non des poings fermés et des bras croisés, mais des mains actives et tendues vers les pauvres», voilà la véritable force salvatrice. Car ce sont eux, les pauvres, «qui nous ouvrent le chemin du ciel, ils sont nos “passeports pour le paradis”» poursuit le Pape. Ainsi, François appelle chacun à prendre soin d’eux, véritable richesse, «non seulement en donnant du pain, mais aussi en rompant avec eux le pain de la Parole, dont ils sont les destinataires les plus naturels». Il faut trouver le courage d’aimer, non en paroles mais avec des faits.

«Aimer le pauvre signifie lutter contre toutes les pauvretés, spirituelles et matérielles», car «ce que nous investissons dans l’amour demeure, le reste s’évanouit», conclut le Saint-Père qui invite à se demander : «qu’est-ce qui compte pour moi dans la vie: vivre pour avoir sur terre ou donner pour gagner le ciel», sachant que pour le ciel, ne vaut pas ce que l’on possède, mais ce que l’on donne. «Alors ne cherchons pas le superflu pour nous, mais le bien pour les autres, et rien de précieux ne nous manquera».

Partager le pain

Comme le Pape François l’a exprimé dans son homélie, il a invité les pauvres à sa table du déjeuner ce dimanche après la prière de l’Angelus. Environ 500 personnes pauvres, migrantes, sans emploi, sans domicile ont ainsi pu partager un repas en salle Paul VI du Vatican avec le Saint-Père. Le Pape a demandé la bénédiction du Seigneur pour ce «moment ensemble», ceux qui ont préparé le repas, ceux qui y ont participé, leurs cœurs, leurs familles, leurs désirs et leur vie.

 

Radio Vatican

http://bit.ly/2ixUdBN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>