Projet KOM SAYA : Pour le renforcement de la résilience des ménages dans le domaine de la sécurité alimentaire de 10 villages des Diocèses de Dori, Kaya et Ouahigouya

Dans le cadre de l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations vulnérables dans la Région du Centre Nord, l’OCADES Caritas Burkina, en partenariat avec Caritas Espagne, a initié un projet intitulé « Kom Lire la suite »

Light for the World : 178 millions mobilisés pour l’autonomisation économique de 200 personnes handicapées et femmes vulnérables du Koulpélogo

Le 10 avril 2018, la Mairie de Ouargaye, a accueilli l’atelier de lancement officiel du projet pilote « Activités de subsistance inclusives pour les femmes vulnérables et personnes handicapées dans la province du Lire la suite »

Avis d’appel à manifestation d’intérêt

Mesdames / Messieurs, Le Projet « KOM-SAYA », pour le renforcement de la résilience des ménages et groupements féminins, dans le domaine de la sécurité alimentaire, est exécuté par l’OCADES Caritas Burkina pour le Lire la suite »

Burkina : Quatre jours de réflexions pour rendre le système éducatif national inclusif

Premier du genre, le forum national sur l’éducation inclusive, l’Ecole de qualité amies des enfants (EQAME) et l’approche Réadaptation à base communautaire (RBC), a débuté ce lundi 26 mars 2018, à Ouagadougou. Lire la suite »

Le Partenariat de l’Association Kontacts avec l’Organisation Catholique pour le Développement et la Solidarité-OCADES Caritas Burkina-

C’est avec un grand plaisir que nous retrouvons l’Abbé Adelphe ROUAMBA, la Sœur Adeline, Ambroise, notre fidèle infirmier, et toute l’équipe qui nous accompagne depuis maintenant plus de 2ans. Comme d’habitude la Lire la suite »

La communication non violente au menu du 8 mars à Koudougou

Le Service Femme jeunesse Famille, du Secrétariat Diocésain de l’OCADES Caritas Burkina à Koudougou, a célébré la journée internationale de la femme à travers une conférence sur le thème de la Communication Non Violente. La conférence a été co-animée par Madame KOULDIATY/ZOMA Thérèse, retraitée, ancienne responsable du Département Justice et Paix de Koudougou et madame BAYAMA/MAÏGA Jeannette, Chargée de Communication. Une centaine de femmes et leurs collègues hommes ont pris part à cette conférence le 8 mars.
e
 La rencontre a débuté par une prière dirigée par la sœur Perpétue GUISSOU. Elle a prié pour que l’esprit d’entraide anime les femmes afin qu’elles soient de bonnes épouses et de bonnes mères et pour un climat agréable au service. Une minute de silence a été observée pour les victimes des récentes attaques de Ouagadougou.
La centaine de participants a été scindée en groupes de 05 personnes pour réfléchir sur les notions de communiquer et de communication non-violente, l’objet et les raisons de la communication, les objectifs recherchés à travers la communication et les différentes manières de bien communiquer.
e1Une synthèse des réponses a été faite et on peut retenir que la communication non violente est une méthode de parler sans culpabiliser, sans jugements et sans reproches. C’est un outil qui sert à la prévention et à la résolution de conflits.
Des exemples sur les différentes manières de communiquer ont été évoqués et les conférencières ont exhorté les participants à communiquer de manière calme, dans la douceur afin de créer un climat propice pour le vivre ensemble partout (à la maison ou au service).
Des passages bibliques ont été évoqués pour inciter les participants à traiter les autres comme on aimerait être soi-même traité et surtout à ne pas faire à autrui ce qu’on n’aimera pas qu’on nous fasse.

e2Pour Marshall B. ROSENBERG, docteur en psychologie clinique et précurseur de la Communication non violente, « tout conflit est l’expression tragique d’un besoin insatisfait ». A la fin des échanges, madame VALEA, responsable du service Femmes Jeunesse et famille, a pris la parole pour expliquer l’idée de célébration du 08 mars autour de ce thème et a remercié tous ceux qui y ont adhéré. Mme BOUDA Bénédicte, responsable de l’Hébergement a fait le point des soutiens et dons reçus qui ont permis la réalisation de l’activité et a surtout remercié les différents donateurs.
 
L’abbé Alain Michel GUISSOU, Secrétaire Exécutif Diocésain et Pierre-François ROY, responsable du Centre de Tri, ont tous individuellement salué et encouragé une telle initiative vu l’importance et le rôle de la communication dans le vivre ensemble. Un repas en commun est venu clore cette première célébration de la journée de la femme au SED Koudougou.
 
W.M. Jeannette BAYAMA/MAÏGA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>