Projet appel d’urgence : première distribution de coupons pour les kits alimentaires à Kindi

Le lundi 03 septembre 2018 a eu lieu dans la paroisse de Kindi (localité située à 45 kilomètres de Koudougou), une distribution de coupons aux femmes bénéficiaires (enceintes ou allaitantes) du projet Lire la suite »

Ténado : Lancement du Projet d’appel d’urgence EA 14-2018

Le samedi 1er septembre 2018 a eu lieu à Ténado le lancement du projet d’appel d’urgence « EA 14-2018 ». C’est dans le cadre de la  crise alimentaire et nutritionnelle au Burkina  Faso, que Lire la suite »

SED Koudougou : Visite des grands séminaristes

Le lundi 23 juillet 2018 a eu lieu la visite de l’OCADES Caritas Koudougou par les grands séminaristes du diocèse en rencontre au Petit Séminaire Notre Dame d’Afrique. C’est en marge de Lire la suite »

Avis de recrutement SED Manga

AVIS DE RECRUTEMENT SECRETARIAT EXCECUTIF DIOCESAIN DE MANGA Le Secrétariat Exécutif de l’OCADES Manga, en partenariat avec l’ONG CBM Burkina,  dans le cadre d’un projet dénommé « cultiver l’inclusion : sécurité alimentaire Lire la suite »

Remise de matériel de saponification aux catéchistes du diocèse

Le mardi 18 juillet 2018 a eu lieu, dans la cour de l’OCADES Caritas Burkina à Koudougou, la cérémonie de remise de matériel de saponification aux catéchistes du diocèse. Ce matériel a Lire la suite »

Burkina : Quatre jours de réflexions pour rendre le système éducatif national inclusif

b

Premier du genre, le forum national sur l’éducation inclusive, l’Ecole de qualité amies des enfants (EQAME) et l’approche Réadaptation à base communautaire (RBC), a débuté ce lundi 26 mars 2018, à Ouagadougou. Cette initiative de l’ONG Light for the world vise à partager les bonnes pratiques et les initiatives en matière d’inclusion au Burkina Faso. L’objectif étant de contribuer à la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement de l’éducation inclusive, en cours d’adoption au Burkina Faso.

Le présidium du forum

Le Burkina Faso veut être au rendez-vous de 2030. Mais avant, il devra relever les grands défis à l’atteinte des Objectifs du développement durable, en l’occurrence l’objectif 4 des ODD qui vise à « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout long de la vie ».

Au Burkina, le tableau de l’éducation, notamment celui de l’inclusion, est peu reluisant. Selon les données du ministère de l’action sociale et de la solidarité national, le Burkina enregistrait en 2013, 79617 enfants handicapés (40% de filles, 60% de garçons) âgés de moins de 18 ans n’ont jamais mis les pieds dans une salle de classe. L’enquête révélait aussi que seulement 39% des agents âgés de 6 à 11 ans sont scolarisés, 22% ont abandonné l’école et 33% n’ont jamais fréquenté une école primaire. Si à ce jour, les données ont évolué, Adama Traoré de l’Unicef, représentant le chef de file des partenaires techniques et financiers, soutient que ces statistiques donnent une idée de l’ampleur du phénomène. Et Yvette Dembélé, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la femme, chargée des affaires sociales, des personnes vivant avec un handicap et de la lutte contre l’exclusion, de renchérir : « Malheureusement, le constat fait aujourd’hui est que certains enfants (…) sont exclus ou marginalisés de notre système éducatif ».

Adama Traoré, représentant le chef de file des partenaires techniques et financiersAdama Traoré, représentant le chef de file des partenaires techniques et financiers

La promotion de l’inclusion ,de l’avis du représentant des partenaires techniques et financiers, est le prochain combat que le Burkina devra mener non seulement dans le cadre des objectifs des ODD, mais aussi , pour des questions d’équité et de justice sociale en vers tous les enfants. « Les enfants handicapés ou vulnérables ne sont pas comme les autres, mais comme les autres, ce sont des enfants » a-t-il souligné. D’où le présent cadre d’échange initié par l’ONG Light for the world. Convaincue que l’éducation inclusive est le fondement d’un développement durable, cette organisation internationale spécialisée dans le domaine du handicap, entend promouvoir les trois approches que sont l’éducation inclusive, l’école de qualité et la réadaptation à base communautaire pour une synergie d’action en faveur de l’éducation pour tous.

« Ne pas réinventer la roue »

Elie Bagbila, représentant national Light for the world international Burkina FasoElie Bagbila, représentant national Light for the world international Burkina Faso

Cadre de réflexions sur les défis de l’éducation inclusive, cette rencontre, selon Elie Bagbila, représentant national de l’ONG Light for the world international au Burkina Faso , veut identifier les bonnes pratiques en matière d’inclusion au Burkina Faso pour soutenir la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement de l’éducation inclusive en cours d’adoption au Burkina Faso. « Il ne faut pas qu’on soit là à réinventer la roue. Nous voulons juste montrer aux décideurs que des bonnes pratiques existent déjà sur le terrain. Il suffit de les capitaliser pour mettre en œuvre la stratégie nationale ». a-t-il noté. Puis de poursuivre : « Pour tout type de handicap, il y a aujourd’hui des initiatives qui sont mises en place pour faciliter leur inclusion dans le système éducatif. Nous tenons à les montrer pour qu’on puisse en tenir compte dans la mise en œuvre de la stratégie nationale ».

b« L’inclusion est considérée comme un processus visant à tenir compte de la diversité des besoins de tous les apprenants et à y répondre par une participation croissante à l’apprentissage, aux cultures et aux collectivités, et à réduire l’exclusion qui se manifeste dans l’éducation (…) ». L’approche Ecole qualité amie des enfants ( EQAME) est « une alternative pour contribuer à l’amélioration de l’offre et de la demande éducative , mais surtout, pour favoriser le renforcement de la qualité des enseignements /apprentissages ». Quant à l’approche Réadaptation à base communautaire (RBC), cette initiative développée par l’OMS consiste à « identifier les enfants handicapés à travers les séances de consultations médicale et /ou par dépistage porte à porte, d’aider les familles et les enfants handicapés à accéder à l’école dans leur communauté et à l’école ; enfin de soutenir les opportunités de formation continue afin d’éviter leur exclusion sociale, leur marginalisation et leur chômage ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>