Région du Sahel : OCADES Caritas Burkina et Caritas Espagne redonnent le sourire aux déplacées internes

L’Organisation Catholique pour le Développement et la Solidarité en concert avec Caritas Espagne et l’Union Européenne ont apporté le lundi 19 octobre 2020 leurs soutiens aux personnes déplacées internes de Sebba et de Gorom-Gorom. Elles ont initié des opérations de cash transfert sur une durée de trois mois pour les personnes déplacées internes des deux provinces.

Ces dernières années, la recrudescence des attaques terroristes au Burkina Faso a entrainé un flux massif des populations vers d’autres zones à la recherche de la paix et de la sécurité. Ces personnes contraintes de quitter leurs villages partent en laissant derrière eux habitats, biens matériels, commerce, bétail, etc., les plus chanceux trouveront gîte dans des familles d’accueils et d’autres se trouvent des abris mais sans le minimum vital. Ce qui a entrainé une crise alimentaire aigue.

C’est pourquoi, fidèle à sa mission de promouvoir le développement humain intégral des personnes vulnérables au Burkina Faso, l’Eglise famille de Dieu du Burkina Faso avec sa consœur Caritas Espagne ont initié un projet d « ’Assistance multisectorielle aux personnes déplacées internes et ménages spécialement vulnérables des régions du Sahel et du Nord au Burkina Faso ».

A travers ce projet, ce sont 16000 ménages de Personnes déplacées internes (PDIs), ménages hôtes et des ménages spécialement vulnérables des communes de Sebba et de Gorom-Gorom affectés par la crise sécuritaire qui ont bénéficié d’un transfert monétaire pour subvenir à leurs besoins.

Au cours de cette opération de cash transfert, chaque nouveau ménage de personnes déplacées internes a reçu une somme de 56.000 F, chaque ancien ménage de personne déplacées internes ou ménage résident vulnérable a reçu une somme de 45.000 F. En plus de ces couches vulnérables, le projet a prévu une somme de 56.000 F pour les ménages hôtes en guise de reconnaissance à l’endroit des personnes déplacées internes.

Sébastien KABORE représentant de Wizall money à Sebba, explique que les bénéficiaires pourront utiliser tout type de téléphone et toutes les puces des trois opérateurs de téléphonie mobile du Burkina pour la présente opération.

Des bénéficiares devant un guichet Wizall money pour le retrait du cash
Des bénéficiares devant un guichet Wizall money pour le retrait du cash

« Aucun bénéficiaire n’aura à saisir des données pour effectuer le retrait de son cash. Les bénéficiaires étant au préalable enrôlé sur la plateforme wizall money avec leurs CNIB en cours de validité et leurs numéros de téléphones, n’auront qu’à se présenter dans un point Wizall. La personne montre juste son message, la carte de bénéficiaire et le montant qu’elle souhaite retirer. La vérification se fait par échange de sons codés entre les deux appareils et une fois validée, la personne bénéficiaire peut récupérer son cash », a-t-il signifié.

Dans la pratique, cette assistance monétaire vise à renforcer la résilience des populations vulnérables face à l’insécurité alimentaire.

 

Selon le coordonnateur des projets d’urgences de l’OCADES Caritas Burkina, André Gounta, le processus de ciblage a été fait selon des critères de vulnérabilité du projet ECHO tels que le niveau de revenu, la taille du ménage, et le nombre de repas par jour. Il a exhorté les bénéficiaires à faire un bon usage des sommes reçues.

 Le Secrétariat Exécutif de Dori, l’abbé Olivier SEBGO, a aussi salué ce geste de solidarité à l’endroit de ces personnes vulnérables et a affirmé que ce geste relève de la charité de l’Eglise Catholique.

On est mieux chez soi

Le représentant des personnes déplacées internes de la commune Sebba, Boureima Hama a salué cette initiative. Pour lui, ce geste constitue un ouf de soulagement. « Je suis très content de ce geste, car il me permettra de payer des vivres, c’est un moyen de trouver l’estime de soi et la dignité. A travers vous, je voudrais remercier l’OCADES et ses partenaires », a-t-il laissé entendre. Il appelle les donateurs à rester à leurs côtés et de les appuyer à travers des activités génératrices de revenus à même de les rendre indépendants.

Leur souhait le plus ardent est de revoir la paix revenir au Burkina Faso « afin que nous retournions chez nous car on est plus à l’aise chez soi qu’ailleurs », foi de Khadîdja Sow, une déplacée interne de la commune de Mansila.

Financé par la Caritas Espagne et l’Union Européenne, ce projet est mis en œuvre au Burkina Faso depuis juillet 2020. Le projet ECHO a pour objectif d’apporter « une réponse d’urgence aux besoins des personnes déplacées internes et ménages spécialement vulnérables des régions du Sahel et du Nord du Burkina Faso affectés par la crise sécuritaire et l’insécurité alimentaire nutritionnelle ». A ce jour, le projet est déroulé au Sahel (Gorom-Gorom et Sebba) et au Nord (Thiou et Ouindigui) du Burkina Faso.

Samiratou Abdou

Articles similaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :