Projet Kom Yilma 2: la gestion de l’hygiène évaluée dans cinq écoles

O4Les auto évaluations conduites par les écoles sélectionnées par le projet Kom Yilma 2 se sont tenues dans la CEB de Bourzanga. Au total, nous avons suivi de bout en bout les 5 écoles lors de la conduite de leur autoévaluation. La CEB de Bourzanga compte plus d’une demi-centaine d’écoles classiques et des écoles Franco Arabe (FA) parmi lesquelles le projet Kom Yilma 2 prend en charge 18 toutes catégories confondues.

  Cette activité est réalisée au sein de l’école par les membres des Clubs et Comités WASH sous l’œil de technicien du directeur et de ses adjoints. Elle consiste à faire l’état des lieux de la situation hygiénique et tout ce qui concerne la gestion de l’hygiène en particulier des latrines et des points d’eau tels que les forages.

Pour cette deuxième phase du projet, les concepteurs ont inclus une nouvelle composante qui est la gestion hygiénique des menstrues des filles  de 10 ans et plus. Nous avons constaté avec plaisir et satisfaction que les anciennes écoles ont su consolider les acquis de la 1ère phase du projet au regard de la qualité de la conduite des autoévaluations. Ils ont pris des engagements qu’ils ont notifiés dans leurs cahiers de bord.

O3

En définitive, nous retiendrons de ces autoévaluations qu’elles ont été bien conduites et que la majeure partie des Clubs et Comités WASH dans toutes les 5 anciennes écoles ayant bénéficié de l’appui de Kom Yilma au cours de la 1ère phase sont bien motivés et se sont accordés pour voir les insuffisances au niveau de l’hygiène dans leurs écoles. Ils se sont donc donné comme mot d’ordre de redynamiser leurs structures en vue de redresser le niveau global de l’hygiène et d’être éligible pour la certification.

O2En rappel, le Secrétariat Exécutif Diocésain (SED) de Ouahigouya de l’OCADES CARITAS Burkina en partenariat avec le Catholic Relief Services- USCCB (CRS) met en œuvre la phase 2 du projet Kom-Yilma dans les provinces du Sanmatenga et du Bam.

Le but du projet,  qui couvrira près de 236 d’écoles dans les provinces du Bam et du Sanmatenga, est d’améliorer la santé des élèves et de leurs familles à travers la promotion des trois pratiques d’hygiène clé que sont le lavage des mains aux moments critiques, la consommation d’eau sure et l’utilisation hygiénique de latrines adéquates.

Cette phase 2 qui couvre la période de Mars 2017 à Mars 2020 intensifiera les actions vers les ménages et les bissongo tout en renforçant les acquis de la première phase dont les actions étaient surtout tournées vers les écoles. Le projet Kom-Yilma est financé par la fondation The Leona M. and Harry B. Helmsley Charitable Trust.

 

Lamoundi KOUADIMAN,
Superviseur WASH

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :